OUCEKIL est le terrain ?

De retour de Barcelonnette, au niveau 90, mais oui FL90 une photo prise en remontée face au nord, juste avant d’entamer la descente vers notre piste.Une photo pour faire pièce à l’article de Bernard qui pensait que la piste avait été volée.

Dans ce fatras, qui saura retrouver le terrain ?

37(1)

2 réflexions au sujet de « OUCEKIL est le terrain ? »

  1. patrice

    qu’elle idée saugrenue que de voler aussi haut pour aller à Barcelo ! 🙂
    Nous sommes partis trop tard et nous nous sommes donc arrêté à Gap avec Valérie… en passant par Colombe d’Eyguians et Clamensane… mais beaucoup plus bas… c’est tellement plus beau 🙂

    Sinon, je crois que j’ai vue la piste… elle est à droite du champs vert !

    1. JLC Auteur de l’article

      Oui Patrice, je confirme, faire une reco depuis le FL90 peut sembler une idée saugrenue si on ne met pas en perspective que la météo annonçait, sans se planter, de belles turbulences sous le niveau 40. Alors, pour une fois, en rentrant de Barcelo, nous avons fait la Durance en haut, très haut. A Cadarache, même là haut, cela commençait à brasser, nous avons donc fait un direct Valréas. Arrivé sur Vaison, Marseille info nous a fait une proposition rigolote pour une avionnette sans permis au niveau 90 :
      – F-JTKC vous pouvez passer avec Provence ou Valréas, au choix. Bonne fin de vol.
      Vrai à cette altitude, passer avec 123.5 s’imposait de façon assez lâche, peu de gros risques d’interférence avec le circuit de piste. Mais je voulais cette photo de notre environnement, comme j’étais très préoccupé par la gestion de la descente, j’ai limité la charge de travail en passant directement sur 123.5. De très haut, je l’ai faite ma photo, pas habituelle cette vue, pas plus que la descente, moteur au ralenti sous 30° de volets à 40kt comme un bombardier en piqué.
      A partir de 3000ft, je suis entré dans la lessiveuse, approche chahutée sous 15° de volets, vitesse air 65kt, vitesse sol moins de 40kt, un angle de descente apparent qui ressemblait plus à une chute verticale qu’à une approche classique, un poser en moins de 50 mètres, soulagé, front humide de transpiration, fesses crispées, mais photo réussie.

Laisser un commentaire