ACHC : 1 janvier 2017 / premier vol

Comment bien débuter l’année sinon par un petit vol sans but particulier sinon simplement pour se faire plaisir.Alors tout débute par un vol, sans trop s’élever, longer les flancs de montagne pour profiter du paysage. L’appétit venant en volant, pour franchir un col, on monte, presque sans le faire exprès. Pas de SIV, pas de contrôle, juste le plaisir de voler en toute liberté.

Et insensiblement, l’avion est attiré vers l’est, les sommets. Arrivé vers le FL 80, on se sent obligé de contacter Lyon. Le SIV nous prendra en charge, tout comme il prend sous sa protection les Easy Jet, les Air Algérie dont un des avions s’annonce par une douce voix féminine.
Il est où le BUG.Si le manque de neige est bien réel dans les stations, certaines arrêtes font un peu rêver à des descentes Free Style. Toutefois gare aux pavasses à l’arrivée, la neige n’est pas présente jusque dans les vallées.Au troisième plan, là bas, au fond, le Mont Blanc annonce la couleur : BLANC.Certains affirment que Grenoble est une ville polluée. Vrai, en ce début d’année, elle se terre sous une couche de nuages bien compacte. Si j’avais eu l’envie de prendre un p’ti verre à Albertville, là-bas au bar du Piper Pub, au fond à droite, sous les nuages, c’est raté, je ne suis pas IFR.

Il me reste à virer à gauche pour me diriger vers la maison.En cas d’inversion thermique, la bosse au fond, sur la ligne d’horizon, signale la centrale de Cruas, une sorte de Ventoux mais de basse altitude. Pour rentrer à la cagna, YAKA foncer dessus et la laisser, la bosse de vapeur des tours de condensation à droite pour rejoindre le terrain.Ne pas trop traîner pour rentrer, le soleil descend à l’horizon, la nuit aéronautique ne va pas tarder. Après quasiment deux heures de vol, une après-midi bien remplie, une grosse envie de poser proprement le jouet, rentrer à la maison et terminer la petite bouteille de blanc qui avait résisté aux festivités de la soirée de Réveillon intime.

Ceux qui n’ont pas débuté l’année en l’air on raté un superbe moment.

793(1)

2 réflexions sur « ACHC : 1 janvier 2017 / premier vol »

  1. JLC Auteur de l’article

    JC, un vol improvisé à deux, je ne sais pas comment le préparer. Les impros, en musique c’est probablement ce qui exige le plus de travail et de talent pour être réussi. N’ayant pas la vocation pour le premier et encore moins l’arrogance de posséder le second, faudra encore attendre un peu pour que je mûrisse.
    Bonne année à tous deux et que vous vols et moments rampants restent ou deviennent somptueux.
    JL & F

  2. bresj

    Bel article et belles photos … oui ça donne envie de voler dès le premier jour de l’année !
    …et peut être de se donner des rendez-vous pour découvrir à plusieurs machines des itinéraires divers et différents de ceux qu’on a l’habitude d’emprunter.
    A creuser !

    Amitiés à toutes et tous.

Laisser un commentaire