Un tour à Kissimmee

A l’occasion d’un convoyage, pas un vol partagé, un convoyage route d’un ami vers Orlando, un passage au Musée des Warbirds s’imposait.

Dès l’entrée on se trouve plongé dans l’ambiance, biplan, il n’y a pas que les Waco dans la vie.

Dans ce hangar officiellement dédié aux Warbirds, Françoise tombe en arrêt devant un hybride, c’est très à la mode les hybrides, mais ici pas d’écologiquement correct, un avion-voiture l’Aérocar. Pratique pour faire ses courses, non ?Toutefois, un premier regard dans l’habitacle n’est pas générateur d’envie ni de voler ni de conduire.

Et puisque j’évoque les trucs bizarres, accrochée au plafond, la Demoiselle de Santos Dumont dans une copie en tubes alu, un truc Ultra Léger Motorisé, peu conforme à l’original qui était assemblé avec des tubes en bambou. Comme quoi les avionettes sans permis, ce n’est pas nouveau.

Pour revenir à nos moutons, les Warbirds, un P40 rutilant.

Une paire de T6 prêts, contre menue monnaie, à vous offrir les douces sensations d’un baptême de l’air façon 1940.

Et à la sortie une surprise, un avion bien de chez nous même si celui-ci est passé par Israël. Mais ça c’était avant l’embargo de 1967, lorsque l’armée de l’air de ce pays volait quasiment exclusivement avec des avions français, formation sur Fouga, Mirage III pour la chasse.

Il était tard, le musée allait fermer, pas le temps de s’offrir un tour en T6. Un peu décevant, mérite le détour si vous passez dans le coin, ne mérite pas le voyage.

62(1)

4 réflexions sur « Un tour à Kissimmee »

  1. Dan

    Sympa pour ça les USA, à un coin de rue on trouve trouve souvent le coffre à jouets où il fait bon aller rêver!
    … Stearman VS Waco? compte pas sur moi pour entrer dans la polémique, j’aime les 2.

Laisser un commentaire