Un dimanche à faucher les marguerites

Il est toujours possible de faire plus gros, le Cesna ne fait pas le poids face à un plus léger que l’air.  Mais cette fois le dimanche fut consacré à une balade au Markham Park. Un petit millier d’hectares dédiés au BBQ, à la balade, au vélo mais aussi et surtout à l’aviation, la vraie : les modèles réduits.

L’aéromodélisme peut se découper en trois grandes catégories. La première le modélisme-BBQ pépère. Celui-ci se caractérise par une approche gastro-ludique dans laquelle l’avion est un prétexte pour retrouver les potes, la bière, les grillades et un rien de tranquillité macho en dehors de la maison. Ne vous méprenez pas, les avions volent, les pilotes sont précis, mais je ne suis pas certain que l’avion soit l’élément central.

La deuxième catégorie se caractérise par une évidente volonté d’afficher une supériorité par un gigantisme évident. Si le modélisme gastro-ludique est plutôt blanc, le modélisme mégalo-pro est souvent coloré, je veux dire afro-américain pour parler politiquement correct. On pourrait penser qu’il s’agit ici de montrer que la mienne est plus grosse que la tienne et que donc on reste dans le statique, dans la frime. Kolossale erreur, si le F16 n’a pas volé, une panne d’électronique en est la cause. En revanche le bi-poutres aura fait deux vols absolument fabuleux.

Et puis il y a ceux que l’on attend pas, par exemple ceux que l’on retrouve dans les maisons d’étude ou à la Synagogue : un débutant à la barbe fleurie. Certes l’avion est un RTF (Ready to Fly), mais le papy est sorti de sa coquille et il se prépare à faire voler son jouet.

Le vol n’avait pas le prestance des jets de la deuxième catégorie. Pour lui donner confiance, un ami l’assistait et l’encourageait. Sa concentration était telle que sa Kippa, vous savez le petit chapeau porté en permanence par les juifs religieux à l’image des cardinaux de Rome, sa Kippa donc avait été emportée par le vent. Son ami l’a ramassée et pour ne pas perturber sa concentration ne lui a rendu qu’une fois l’avion posé.
Et pour le poser s’il aura fallu quatre tentatives, l’avion a été posé proprement, sur la piste et est revenu aux pieds du pilote par ses propres moyens. Disons que les jet et les avions de voltige ont réalisé des vols remarquables de technicité, en revanche la prestation du papy m’aura ému : avoir la gnaque débuter à son âge, cela me rappelle quelqu’un qui lui aussi aura débuté sur le tard avec les avionnettes sans permis.

1377(1)

Laisser un commentaire