De la verticalité des sommets à l’infini des horizons marins

De la verticalité des sommets à l’infini des horizons marins

C’est fort de nos récentes et heureuses expériences de « nav » partagées (Vinon-Ventoux, Millau) que nous décollâmes ce vendredi de notre sympathique plateforme à bord de notre « Petit Prince ». Le temps est idéal, légèrement brumeux sur les sommets, la biroute fait profil bas.

Bernard et moi, Frédéric, n’avons qu’un but : revoir la mer, passer de la verticalité des sommets à l’infini des horizons marins.

Notre trajet : Vinon, La Ciotat, cheminement au-dessus de la mer vers l‘Ouest jusqu’aux Saintes-Marie-de-la-Mer puis Montpellier-Candillargues et retour via Alès.

Au décollage, Bernard est aux commandes – prudence, car un parapente propulsé par un ventilateur squatte notre espace et évolue parallèlement à notre axe de montée…(une activité sauvage et donc un nouveau risque sur notre plateforme… ?)

Après avoir brièvement salué Orange Approche, nous passons sur Marseille Info et survolons à 4000 ft les magnifiques gorges de la Nesque  puis les ocres du Colorado Provençal, les sommets du  Lubéron et nous nous posons à Vinon LFNF (attention, la 28 revêtue est courte : 550m !).

   

Redécollage avec Frédéric aux commandes, direction le Sud, à 3000 ft, en contact avec Provence Info. Nous rendons hommage à Cézanne au-dessus de la Montagne Saint Victoire puis franchissons les dernières barres montagneuses avant de plonger sur la Ciotat pour nous reporter au-dessus de la mer au point WT à 1650 ft.

La mer est belle, l’horizon et le ciel se confondent au large, nous sommes éblouis par la magnificence des paysages côtiers.

Suit un long cheminement reliant 9 points de reports de WT à AM (Aigues-Mortes), parfois séparés de 3 minutes – Bernard, à la radio, jongle avec les contrôleurs aériens – ils nous font passer d’un organisme à un autre sans que nous en comprenions toujours la logique. Bref, c’est vraiment un cheminement qu’il faut faire à deux pour assurer à la fois la tenue minutieuse des caps, des altitudes et la gestion très prenante de la radio.

Nous volons travers Marseille, les raffineries de l’étang de Berre, les installations pétrochimiques de Port Saint Louis ; nous passons à la verticale d’un énorme pétrolier à 700 ft puis un spectacle magnifique s’offre à nous : l’entrelacement terre-eau de la Camargue, avec ses manades, Sainte Marie de la Mer, puis les rouges vifs et sombres des marais salants.

 

 

Arrivent ensuite   les remparts d’Aigues-Mortes et l’approche de Candillargues.

Nous nous posons et faisons une halte bien méritée pour savourer nos sandwichs, assis à l’ombre, sur le rebord en ciment d’un hangar… oui, nous combinons pilotage et ascétisme !

Nous redécollons de Candillargues avec Bernard de nouveau aux commandes, cap au

Nord, verticale Alès LFMS  puis Bagnols-sur-Cèze avec Provence Info à la radio.

Des Mirage 2000 étant dans la zone, Orange Approche nous fait longuement attendre et nous oblige à contourner la CTR par l’Est , nous libérant à Pierrelatte, puis retour au bercail après 3 heures 30 de vol au total.

Voilà une expérience formidable de pilotage et de navigation, un régal pour les yeux à partager sans modération à deux aux commandes !

Nous recommencerons au mois d’Octobre, certainement le même trajet, en invertissant les rôles pilote/ radio-navigateur pour en profiter au maximum et prendre de nouvelles photos.

N’hésitez pas à en faire autant, il y a tant de fantastiques voyages à faire dans cette merveilleuse région,

Frédéric et Bernard

3 réflexions au sujet de « De la verticalité des sommets à l’infini des horizons marins »

  1. JLC

    Si à plusieurs reprises j’ai suivi la côte de Fréjus à la Ciotat, je n’ai jamais osé poursuivre jusqu’à Candillargues. Bravo à tous deux, beau vol, superbe reportage. Il vous reste, pour un prochain voyage, à compléter les appréciations faites à propos du petit restaurant, Le Looping de Candillargues. Il vaut tous les sandwichs de la Terre. Comme le disait Pierre Dac, « C’est mon avis et je le partage ».

  2. PPG

    Bravo les gars et merci pour le partage !!!!!!
    J’ai jamais fait le transit côtier depuis WT à AM (je connais bien avant après)
    Cela a du être une partie de plaisir sympa !

    Une belle demo de ce que peut faire le KE quand il est piloté par la passion.

Laisser un commentaire