Archives de catégorie : Activités

ici la categorie activité

Coup Double

Bravo Boris,

Notre jeune pilote Boris JOST, s’est présenté à Marseille en mai au épreuves du BIA (brevet d’initiation aéronautique) et à obtenu la mention Très Bien.

Dans la foulée il s’est présenté début juillet à la session du PPL théorique. Succès avec 95% de réponses exactes.

Formé par Bruno Laplaine, lâché solo par le chef pilote Alain Rodari, nous ne doutons pas de sa réussite au deux épreuves qui l’attendent maintenant : le brevet de base et le PPL. (Licence de Pilote Privé).

 

Repas du 22 juillet 2017

Le Week end s’annonçait sous les plus mauvais augures, le simulateur ayant décidé de prendre des vacances à un moment fort peu opportun. Un gros boulot de remise en route se profile pour le GEEK de l’équipe.Remi avait pris l’initiative d’un repas. Sous sa conduite efficace mais néanmoins bienveillante, la cuisine devenait l’épicentre d’une activité fébrile autour de la création d’une salade d’anthologie, mais pas que…Remi, on ne peut mieux entouré, attaquait les prémices (prémisses ou prémices une seule forme est adaptée même si pour l’orthographe les deux sont possibles) d’un apéritif de fort bon aloi.Apéritif qu’un groupe bien informé se préparait à attaquer avec entrain.La belle table en arrière plan montre à l’évidence que la préparation de ce festin aura su attirer le gratin du club !

Avec les Gaulois présidant en cuisine et l’Helvète de permanence au BBQ, on ne pouvait rêver de meilleure équipe.

Face à une telle tablée, la tête dans les étoile de la convivialité, le nez dans mon assiette, j’en ai oublié de poursuivre le reportage. Un immense bravo à l’équipe franco-helvète moteur de cette belle journée.

32(0)

Ce 12 juillet à environ 13 heures TU, par une température caniculaire, soleil au zénith deux individus non identifiés se livrent à une activité pour le moins suspecte.
Armés de seaux, sur la piste, le nez piqué vers le sol ils cherchent ….

Deux suspects

– Bonjour Messieurs et que cherchez vous donc ?
– Nous ramassons des cailloux….
– !?! ah! des..des..cailloux…
– oui
– Et pour faire quoi ?
– Pour mettre dans nos seaux….
– Ah oui et ensuite ?
– Ben nous vidons les seaux là-bas disent-ils en désignant les hangars !

« Sont bizarres les aviateurs ils déplacent les cailloux….. »

– Bon. Au revoir Messieurs.
(Je n’insiste pas trop. Sûr ils sont sympas, pas dangereux, mais ça relève probablement de la psychiatrie ce n’est pas de mon ministère).

Renseignement pris auprès du Président de l’Aéro-club, ce n’est ni bizarre, ni suspect. Nos deux pilotes remplissent une mission très importante.
Ils débarrassent la piste des pierres dangereuses pour nos avions, néfastes pour les trains d’atterrissages, les hélices, les volets d’hyper sustentation qui sont sortis dans les phases de décollage et d’atterrissage. Ils participent à notre sécurité.

Conclusion : Pendant nos permanences avec un ou deux copains munis de seaux, il est très important de faire ce petit nettoyage aussi fréquemment que possible.

Nota : Si les deux « individus » que j’ai suspectés se reconnaissent, tout penaud que je suis, je leur présente mes excuses pour avoir douté de leur intégrité mentale.

74(2)

Vinon ventoux: récit d’une belle nav partagée

Ce vendredi 7 Juillet, Bernard et moi nous installons dans le cockpit de Kilo Echo, pour une navigation partagée à destination de Vinon-sur-Verdon, puis Sisteron et un 360 au-dessus du Ventoux.

Lors du fameux repas préparé par Françoise le 18 juin, nous avions fait connaissance et parlé de l’idée de partager une nav touristique, occasion de découvrir ou redécouvrir notre superbe région, d’échanger notre passion, et de partager le coût de notre virée.

C’est donc par un petit matin sans vent que nous décollons de Visan par la 20 et prenons d’abord le cap de Vaison-la- Romaine, sans avoir omis d’appeler Orange Approche, la base étant activée.

Après avoir contourné le Ventoux par l’Ouest , et survolé Malaucène, cap sur LFNF Vinon à l’altitude de 4000 pieds, traversée du Lubéron, puis arrivée en vertical terrain après environ 35 minutes de vol.

Nous intégrons la branche arrière pour un complet sur la 28 dure, en évitant soigneusement la zone P10 de Cadarache. L’aérodrome de Vinon a une configuration très particulière avec ses 4 pistes en herbe multi-directions, sa piste dure 10-28, et ses taxiways dont il faut arriver à comprendre l’agencement.

Après une courte halte et un changement de pilote, Bernard passe aux commandes et nous redécollons vers le Nord, direction Sisteron, en remontant la Durance.

Après avoir survolé l’aérodrome de Château Arnoux St Auban, paradis des planeurs, avec son étrange piste patatoïdale, puis celui de Sisteron, avec les Alpes en arrière-plan, nous prenons le cap sur le Mont Ventoux, reconnaissable de très loin parmi toutes ces montagnes.

Après 20 minutes d’une montée continue jusque 8000 pieds, Bernard nous emmène à la verticale du sommet et effectue avec maestria un magnifique 360, nous permettant de dévoiler et d’apprécier toute l’aridité et la beauté du site.

Enfin retour sur notre bonne plateforme de Visan, après 2.15 heures de navigation et d’un total plaisir partagés.

Pas de doute, nous recommencerons cette expérience de navigation partagée, les idées ne manquent pas : le lac du Bourget , les gorges du Verdon, le viaduc de Millau…

Frédéric et Bernard

OUI-OUI se casse une patte

Pôvre OUI-OUI, ce jeudi 6 juillet, après quatre tours de piste, au roulage, une jambe s’est effacée.
D’aucuns, non sans raison(s), accusent les bosses de la piste de torturer nos trains, pas ceux de la SNCF, ceux de nos zavions. Heureusement, parmi nos membres, l’un a réactivé ses contacts et, si tout se passe comme prévu, cet hiver notre piste sera traitée, rabotée, travaillée et deviendra presque aussi lisse qu’un Fair Way de Golf.La jambe effacée, l’avion a glissé, l’hélice s’est prise pour une Moisse-batte. Un grand bonheur, le pilote, à la différence de son avion n’a pas un seul bleu, ni à l’âme, ni aux genoux.
Même pas peur qu’il a dit le pilote !
L’aile a souffert.Un ancien du club est venu prêter main forte. Avec une élingue l’avion fut soulevé et conduit vers son hangar où il attendra le Docteur.Au fond du hangar il entrera bientôt en convalescence. Les bulletins de santé vous seront communiqués en temps utiles.

178(2)

Permanences : Mode d’emploi

2017 Permanences Week-End et semaines d’été

Nouveau tableau des permanences

Afin de répondre à la demande parfaitement fondée des membres qui souhaitent assurer une ou plusieurs permanences et pour qui les dates imposées ne sont pas compatibles avec leurs obligations, il est ouvert un tableau accessible à tous.

Chacun peut désormais choisir parmi les dates disponibles celle qui lui convient soit comme permanent ou  co-permanent cliquant sur le lien ci-dessous.

Remarques importantes

  • Afin de rendre le tableau plus accessible, le tableau comporte trois onglets qui sont respectivement
    Juillet / Août / Fin d’année
  • L’enregistrement est automatique, inutile de rechercher « Enregistrer »
  • Il reste à le remplir sur la base de premier arrivé, premier servi.
  • Les utilisateurs de tablettes IOS ou Android doivent installer, si ce n’est déjà fait, l’applicatif spécifique qui permet de modifier les tableaux Google-Office. Et oui, la facilité a un prix.

Accéder à la page de gestion des permanences

116(1)

Prix Goncourt-LFNV

Notre éminent pilote-membre, Patrice Villier, a publié dans un magazine des plus huppés un article richement documenté. Ci-dessous scan de la couverture et de la première page de son article.

Et naturellement l’extrait de la première page de son article prouve la filiation entre le papier et son auteur.
J’avais fortement envie d’écrire « hauteur » plutôt que « auteur », le premier terme convenant mieux à un article sur l’aviation.Patrice, le club des Obsédés Textuels te souhaite la bienvenue au club et te déroule le Tapis Rouge que seules les Grandes Plumes méritent.

Plus prosaïquement, car en vers c’est moins facile, ICARE 241 sera disponible au club pour consultation.

Une petite visite imprévue

Alors que je tenais une « mini » permanence en ce dimanche 2juillet (après midi), j’étais tranquillement installé devant le cockpit 2.0 au commandes du 747,  j’entends une voiture qui arrive.

Curieux, je m’arrête (et oui l’avantage ici c’est qu’on peut mettre sur pause) et regarde hors de la fenêtre. Je vois alors 2 couples sortir.

Je sors, et les accueille. Un homme était particulièrement surpris et tout content de retrouver cet endroit qu’il a côtoyé en 1992 pour tourner le film « Tango ».

Cet homme n’était autre que l’acteur, réalisateur, chanteur Richard Bohringer!

Sa femme a canardé l’extérieur du club house de photos, avec son mari au premier plan bien sur!

Malheureusement dans ces moments, rien ne va, mon portable était en plein bug, et je n’ai pu prendre aucune photo.. J’ai alors demandé s’il pouvait me les envoyer, et ils ont dit qu’ils les enverraient a un membre du club qu’ils connaissent bien.. Alors si quelqu’un reçoit des photos, il sait pourquoi me les faire passer serait génial!

Comme quoi, les permanences réservent parfois de belles surprises!

Vol avant un superbe repas

En ce samedi 1 juillet, avant de profiter d’un poulet à la provençale, nous avons décidé de faire un petit tour du mont Ventoux.

Le but initial était de vérifier si le Ventoux pointait son sommet au dessus des nuages. Et bien depuis nos trois mille mètres d’altitude, je peux affirmer que non, le sommet était bien noyé dans les nuages.Puis face à l’ouest, verticale Valréas, débute la descente, il reste à trouver le terrain. Certaines mauvaises langues s’interrogeront pour connaître mes raisons pour choisir de voler aussi haut. Simple, l’avion n’est pas la tasse de thé du spéléologue et, en ce qui me concerne, l’altitude est désirable.

En fait je suis claustrophobe et me soigne en montant le plus haut possible.

Mais au fait, depuis la verticale de Valréas, à huit mille pieds, où se trouve le terrain ?

Comme j’ai trouvé le terrain, moi, avec Françoise nous avons rejoint Sylvain et son épouse pour un apéro mérité, apéro suivi d’un superbe repas.

Merci à tous deux et n’oubliez pas de revenir vite.

158(1)

Le Bourget… mode d’emploi

Un ami passionné mais non pilote et moi même avions planifié une visite du salon du Bourget… en avion.

pas con comme concept.

N’ayant pris que peu de photos, gardant pour moi l’émerveillement du truc, je compense par un récit plus détaillé.

L’aller tout d’abord, je devais laisser ma plus jeune fille (celle qui, dès qu’elle monte dans l’avion, arrivent les turbulences) à Vichy… Mais un Notam indiquait Vichy fermé pour une semaine. C’est ballot. Du coup ce sera Lapalisse. Bien que la saison nous donne une marge de manœuvre plus importante qu’en hiver, je prépare tout bien et je demeure un peu inquiet du plafond indiqué BKN Loc OVC (dans la série qui ne veux rien dire… de 4 à 8 Octa). Sinon la température, il fera de -5° à 35°C…

Bon j’ai un plan pour l’Auvergne à 4000 ft mais si le Forez est accroché je suis fait…

J’approche de Saint Chamond et je n’aime pas ce que je vois, je veux passer on Top pour prendre le temps de réfléchir tranquille, mais les trous ne sont pas assez gros… et puis le Metar de Clermont indique clairement un OVC qui me condamnerait à errer sous le ciel bleu.

J’annonce au contrôle que je redescends et que je poursuit avec Clermont et prépare l’option  de déroutement sur Feurs ou Saint Etienne. Pas marrant le début de cette aventure…

Je demande à Clermont si le Forez est accroché. Il l’est. Mais le gentil contrôleur me conseille,
-« je vous suggère de poursuivre par le nord ».
Il a raison l’animal, je vais à Lapalisse, je peux y arriver sans passer le Forez. Cool on arrive à Lapalisse où un thermos de café nous attend.

On repart pour Meaux. Le plafond est à 3000 ft mais de toute façon passé l’Auvergne, la France est plate comme ma main. Et à l’arrivée la Classe A nous attend avec sa contrainte de voler très bas.

On se pose à Meaux. Pour l’anecdote si Meaux est en herbe… l’analogie avec Visan s’arrête là. J’ai pris l’ATIS, puis contact avec l’AFIS qui m’indique être n°4. Comme tout le monde est très bas, c’est un peu la guerre. Entre l’évitement des villes et la classe A sur la casquette, il faut rester concentré.

A Meaux, un ami avec qui j’ai uniquement échangé sur le forum des pilotes privés, vient nous accueillir pour nous jeter dans le RER.

A nous le salon !

Perso, je ne suis jamais allé au Bourget… Ben j’ai aimé. Les démos sont supers. Les avions en statique, le musée de l’air et de l’espace…

On a passé le samedi après midi et le dimanche… on s’est régalé.

 

Sinon j’ai acheté deux machins pour mettre au bout des ailes, à monter avec des rivets pop. Depuis le contrôle aérien m’appelle « Monsieur » et me laisse transiter où je veux. Comme quoi avec un bon équipement…..

Le retour a été une partie de bonheur… Un peu SCT pour jouer avec des petits coussins de Cu. Meaux – Visan 2H46 posé 21H15 sous une lumière toute provençale.

Outre le RER et le métro qui sentent la pisse, je recommande très vivement l’aventure….

Pierre Philippe

 

LFNV – Champ de Manoeuvres

21 juin 2017, un NOTAM a été déposé par l’équipe de la base de d’Orléans-Bricy qui a choisi notre plateforme pour un entraînement en terre inconnue.

A l’heure dite le Transall approche à basse hauteur pour deux largages de précision.C’est réalisé avec minutie, cette opération sera répétée pendant la nuit.Le Transall montre ses capacités de poser court, même si par pure provocation je fais remarquer que mon avionnette sans permis se pose plus court.
Vrai, nous ne portons pas les mêmes charges utiles.La communication finement organisée aura déplacé les foules, y compris celles de Hollande qui admire le savoir-faire de notre armée et le faire-savoir de notre bureau.Une fois la mission de jour achevée, nous avons pu visiter les entrailles du Transall parqué sur notre Tarmac. L’entraînement reprendra à la nuit tombée.

Comme nous ne disposons pas de systèmes infra-rouge, le reportage photo s’arrête sur cette dernière image. Un peu d’imagination sera nécessaire à nos fidèles lecteurs pour imaginer les événements de la nuit.

Un grand bravo à cette équipe qui aura démontré, non seulement une parfaite maîtrise de son métier, nous n’en attendions pas moins, mais aussi une capacité à communiquer, tant lors de l’organisation de la mission que lors de son exécution.

Un grand merci à l’équipe pour sa venue, ce fut pour tous un plaisir et un honneur de l’accueillir. Messieurs les organisateurs, souvenez-vous que vous restez bienvenus, sur notre plateforme, LFNV, pour de prochaines missions.

249(2)

Passage en 2.0

En cette période de solstice d’été, période où le soleil se lève le plus au nord possible, on en vient à se demander s’il ne rechercherait pas un peu de fraîcheur en cette période de canicule.

Pendant ce temps, notre cher YZ perd ses plumes blessées par une série d’atterros un peu plus durs qu’il ne faudrait. L’expertise réalisée montre qu’il devenait très dangereux de voler avec cet avion.

On retrouve les plumes blessées sur le tarmac. Elles seront probablement remplacées par celles d’un Jodel acquis il y a plus de deux années. Dans ce cas il restera à trouver une utilisation pour le fuselage acheté avec les ailes. Pas évident.

Certains profitent doublement de ce moment de paix pour expulser les locataires indélicats qui squattaient les ailes de son avionnette. Et oui, je ne suis pas le seul à naviguer dans une avionnette sans permis.Et pour se préparer à de grands et beaux vols, une fois les ailes libérées des occupants indésirables, Benoît inaugure le simulateur dans sa version 2.0. Un progrès par rapport à la version 1.0 qui ne proposait que deux écrans.

La 2.0 avec ses quatre écrans permet de disposer d’une vision latérale, pas encore parfaite mais à l’évidence plus exploitable.

Passerons nous un jour à une version à six écrans ? Les paris sont ouverts.

A vos manches à balais.

126(0)

Le 18 juin au Club

En ce 18 juin Françoise maintient la pression festive : une tablée de plus de trente convives est réunie sous la tonnelle.

Sur un conseil avisé d’Amédée, les planches formant table, planches qui montraient des signes évident de fatigue, sont changées par un jeu qui dormait dans les cimaises du H2. Le club n’y perd pas au change, l’ensemble mesure désormais un mètre de plus.

Au menu, après un apéritif au champagne et pain grillé aux olives, le taboulé en entrée sera suivi par des travers de porc, des côtelettes dans l’échine, du poulet froid pour offrir une solution de repli aux réticents, fort peu nombreux au demeurant, ratatouille, salade, fromages et en conclusion clafoutis.

Françoise place encore une fois la barre à belle hauteur, un chiffre montre la réussite de l’événement : le taux de participation à ce repas fut supérieur à celui des législatives qui se tenaient le même jour.

Les repas prévus samedi 24 et probablement dimanche 25 feront-il mieux ?

90(1)

Crever n’est pas jouer

Après un survol de reconnaissance des abords de l’immense Mégalopole aux frontières de notre plateforme, s’est produit un fâcheux incident aurait pu tourner au drame et endeuiller notre club.

Une avionnette bien connue des milieux aéronautiques de notre belle région a été victime d’une crevaison à l’atterrissage. Une équipe de choc composée d’un président et d’un Tigre (producteur) de papier, ont dignement et simultanément célébré l’arrivée de l’assistance technique et un atterrissage peu académique mais sans dégâts. Restait à réaliser l’opération critique d’une réparation en plein milieu de la piste.

Si certains portent salopette, si d’autres encore affectionnent le bleu de travail, notre Tigre (producteur) de papier, dans un uniforme au mauve irréprochable, après avoir porté les Toasts idoines qui remontaient le moral d’un président effondré, Remi l’aura magistralement assisté dans une maintenance terrain en changeant, avec maestria, en pleine piste, la chambre à air fautive de l’aéronef.

100(1)

Approche Rock’n Roll !

Approche un peu technique au Grand Terrus ce dimanche 11 juin 17 dans les Hautes Alpes près de Serres. (Piste 295m, 15%)

Approche en fond de vallon dont rêverai notre président j’en suis sûr !!!

 

Patrice

106(0)

Le four n’en est pas un

Pour permettre de préparer de bons repas, convivialité et assistance aux permanences, nous avons acquis un four de qualité. Petit rappel le mot four signifie au figuré un ratage, c’est pourquoi ce four n’en est pas un, il fonctionne à merveille.

Pour mettre l’eau à la bouche des permanents de ce samedi 10 juin qui ont sauté leur tour, le Clafoutis (C majuscule svp) de Françoise méritait, à lui seul, de détour. Trop tard, il est dévoré. Comme le disait si bien Brel : « Au suivant »

Que les Maîtres Queue ne freinent pas leurs envie de briller aux fourneaux et fassent valoir, comme Françoise, leurs talents.Preuve pratique d’une disparition gastronomique provoquée par la qualité de l’objet et de la chaîne de production.

59(1)

sur la route de Gap…

Un petit tour au frais en Dahu cet après midi… après Colombe d’Eyguians le matin, et petit repas à Gap… un petit saut à Clamensane avant de rentrer… bref, un bel après midi avec ma chérie !

Altisurface de Clamensane :

un tour de piste à Clamensane:

et le matin, Colombe d’Eyguians :

 

83(0)