Archives de catégorie : Activités

ici la categorie activité

Un tour dans la mer Egée

Voyager, ce sentiment de liberté. Aller loin en avion c’est avant tout préparer et plus on va loin moins on improvise.

Presque chaque année un prétexte s’offre à moi pour aller loin. J’ai un certain talent à cultiver le prétexte d’ailleurs. Cette année, mes amis Grecs et Français ont décidé de se donner rendez vous sur une île Grecque. C’est un jeu qu’on pratique. L’accès de l’île en question devient de plus en plus complexe. Cette année ce sera… Skyros.

Dernière île des sporades, c’est une île peu connue en plein milieu de la mer Egée. Il y a un aéroport…. YES !

Mais attention, pour être déjà allé en Grèce, je sais déjà qu’il va falloir sacrément calculer pour y arriver. L’avgas est aussi précieux que le caviar, les horaires des aéroports ressemblent à ceux de la poste en France et les taxes sont telles qu’au lancé de dé si on tombe sur la mauvaise case le chèque ruine les vacances. D’où la préparation.

Je passe les détails de cette préparation, ceux qui seraient intéressés peuvent venir me questionner, je ne suis pas avare de renseignements.

Après débats avec ma famille, on a décidé de privilégier les branches longues plutôt que les arrêts.

On part donc le vendredi avec au programme, Visan (Terminal 2B) – Roma Urbe une branche d’environ 3H45 qu’on fera le matin très tôt pour ne pas avoir trop chaud, suivi de Roma Urbe – Corfou, qui fait aussi 3H45

J’ai prévu une pause assez conséquente à Rome pour faire le plein bien sur mais aussi se reposer, dormir pour que la deuxième branche s’enchaine bien.

Plutôt que de batifoler, j’ai décider de faire au plus court. Bien qu’il y ait beaucoup de survol maritime, c’est aussi au plus simple en ce qui concerne les services de contrôle.

On arrive à Urbe comme prévu avec même un peu d’avance.

 

 

 

Puis on repart. J’ai un peu sous-estimé les montagnes derrière Rome. La chaleur est forte, les perfos merdiques et la contrôleuse de Roma Info, qui veut impérativement un point de report avec une estimée, me pète les rouleaux. Elle ne semble pas connaitre le plus grand sommet derrière Rome. Enfin comme si un mec d’Avignon ne connaissait pas le ventoux. Quand on est enfermé dans ses schéma mentaux parfois. On finit par s’entendre. De toute façon, sans radar avec une vague idée de ma position, elle me sert autant qu’une fourchette pour manger de la soupe.

Dés que j’ai quitté la zone de Rome, les zones sud sont cool à la radio, cela redevient, gentil et prévenant. J’ai déjà traversé cette zone dans une précédente épopée.

Amendola, puis Brindisi info..etc.. ma préparation se déroule bien, même si j’aurais dû mettre un peu plus de points sur mon log. Les contrôleurs acceptent mes reports, comprenant qu’il faut quand même pas trop me taquiner sur la géographie du coin.

On arrive au bout de la botte…. L’adriatique…

Quand on arrive à Corfou, c’est d’abord Othoni une ile juste avant. Ensuite, il faut écouter car il peut y avoir beaucoup beaucoup de trafic. Mais les contrôleurs Grecs sont toujours gentils et prévenant, fidèles à leurs habitudes d’accueil.

Le contrôleur me fait faire un petit 360 d’attente avant de m’intégrer.

Corfou est sans doute une des finales les plus belles avec la fameuse petite église qui fait toutes les cartes postales de Grèce.

Corfou c’est aussi un endroit où un liner se pose toutes les 10 minutes et pour avoir de l’Avgas il faut se faire entendre. J’avais pourtant précisé que j’avais besoin de refueler à l’arrivée, dû à un départ tôt le lendemain pour respecter les procédures de l’aéroport (militaire) de Skyros. Ben a l’arrivée, le camion d’Avgas, de l’autre coté de la piste s’occupait de Dromadair qui tournaient sur un incendie local. Donc on est allé en Taverna, en prévoyant de revenir plus tard pour le plein.

Décidé de ne pas se faire abattre.

De retour à l’aéroport, après un peu de négociation, on fait le plein. Je ne chercherais pas à vous convaincre sur la Grèce et les grecs, je connais le pays presque aussi bien que la France et sans être capable de tenir une conversation, je comprends plutôt pas mal la langue et mon vocabulaire même limité m’a toujours ouvert toutes les portes et les cœurs.

On a le plein, on peut aller se coucher. Demain il faut mettre la manette de gaz dans le tableau de bord à 7H00. Skyros est militaire, on a une autorisation mais ils ferment à 10H. Il y a environ 2H de vol donc faut pas non plus trop déconner, mais si la dame du handling, m’a assuré qu’ils m’attendraient. On verra par la suite que les tensions avec la Turquie font que les 2000 décollent très souvent de Skyros.

Sur cette branche, d’abord sympa les montagnes, et oui le nord de la Grèce la où il y a les fameux Meteor, les montagnes sont hautes et belles

Comme on le voit, je suis très fortement soutenu par mon équipe qui est très présente dans la dynamique du vol.

L’arrivée sur Skyros est simple, après le survol de Skiathos puis Skopélos, le contrôleur m’indique la piste. Je connais bien les iles du coin, elles sont tellement nombreuses que c’est beaucoup plus facile que d’aller en Corse ou dans les Baléares.

 

Posé Skyros, les roues ont touchés à 9H30. Mon pote nous voit nous poser avec une précision digne de grande compagnie aérienne.

 

 

L’ile de Skyros est une île très intéressante. Outre que nous avons bien mangé, bien bu et fait la fête comme il se doit, les plages sont belles. Le nord de l’ile rappelle les sporades, iles vertes et boisées alors que le sud est déjà plus « Cyclades » pelé avec des maisons blanches.

On troque notre fidèle JE on a pris soin de lui enfiler son pyjama contre un nouvel engin méga supra nucléaire dont l’accélération nécessite un short antiG.

Semaine avec les potes qui sont venus de différents endroits, mais tous ont dû prendre le bateau à Kymi, un petit port a 2H au nord d’Athènes.

Les amis toujours important, et puis maintenant on a des gamins partout même si certains d’entre eux ne viennent plus.

J’ai dit au départ, voler en Grèce c’est complexe, en effet Skyros c’est beau mais ce serait encore plus beau s’il y avait de l’avgas. Cela m’oblige donc de faire un petit aller-retour sur Syros dans les Cyclades avec ma copine Mariana… just for fun.

Puis le retour car les vacances il y a une fin….

décollage Skyros au petit matin

Skyros Corfou sans souci, on refait le plein pour Corfou – Roma Urbe on a prévu de passer la soirée a Rome….. Mais le vol VFR c’est le vol VFR.

Alors que je suis sur le début de la botte Italienne, je monte haut pour économiser le carburant. 3H45 de théorie contre 5H dans les réservoirs, sur des longs trajets quand on compte tout (hein Mr Lapierre) il en faut du carburant.

Je montre FL085. Je suis au-dessus de petits cumulus. Et je continue de monter. Mais entre temps les cumulus se sont soudés et ce sont eux qui me contraignent à monter. FL125… cela commence à faire. Je sais que cela sera dégagé sur la cote, mais du coup j’altère ma route vers le sud pour rejoindre plus vite la côte et puis je ne peux plus monter donc mon choix de cap est en fonction des nuages. La directe sur Rome n’est pas confortable. Du coup je me retrouve avec Naples (pas trop prévu) je contacte le monsieur en lui expliquant ma situation. Au-dessus de la couche pas de trous et situation pas confortable. Le contrôleur est sympa. Pas de souci monsieur, je vous ai au radar, liberté de manœuvre si souci je vous le dirais. J’ai une force, je n’ai pas d’ego mal placé je n’ai jamais hésité a dire au contrôleur quand je ne suis pas très à l’aise même avec tout les liners en fréquence.

La couche descend un peu mais toujours sans trou. Cette altération de cap me perturbe sur l’essence. Par ailleurs Corfou m’a laissé poireauter moteur tournant 15 minutes a décompter de mon chrono. Mais malgré tout je passe amplement pour Rome, c’est bon. Je reprends une route plus au nord, Naples me passe avec Roma information. Et là « Bonjour Monsieur, j’ai le regret de vous informer que Roma Urbe vient de fermer, il y a un feu à coté.. »

Zob !

« Je vous propose Ciampino, vous êtes capable de vous poser à Ciampino ? »

J’ai envie de dire au mec, met moi un truc plat en face et je peux me poser n’importe où à Roissy ou sur la plage, du moment que tu ne me fais pas la misère. Entre temps les nuages ont fragmenté et je peux descendre. Un soucis de moins.

« je peux me poser à Ciampino mais, il n’y a pas d’avgas à ma connaissance…. » « je vous rappelle »

« En effet, il n’y a pas d’Avgas…. » « Proposez moi une alternative avec Avgas »

Dans ma tête je leur en veux un peu car j’avais mis en alternate Salerno, au sud de Naples, s’ils me l’avaient dit plus tôt, je me serais dérouté.

« F-GMJE, je vous propose  Terni, LIAA, 30NM au nord de Roma Urbe » « Je fais un bilan carburant et je vous rappelle »

Là il ne faut pas se lourder. Mais mon passage au FL125 a permis d’économiser beaucoup. Par ailleurs, le multi-réservoir présente un gros avantage, quand on bascule sur un réservoir plein on sait combien il y a dedans. (Je crois que je n’ai jamais lu une jauge tellement que je ne leur fais pas confiance).

« F-GMJE ok pour terni, redonnez-moi le code OACI » « LIAA »

Je mets le truc dans le GNS….. rien.. bon. Mon épouse réveillée depuis pas mal de temps prend la carte et cherche. Heureusement même dans les turbulences, je maitrise Skydemon. Je sais ou je vais mais j’aimerais un minimum d’info sur le terrain. Skydemon me donne un QFU un QFE et une fréquence…. Sauvé, la piste est en dure de 900m.

Roma info a prévenu terni de mon déroutement et je suis attendu.

Le terrain ressemble un peu a Gap, du para un super resto et une bonne ambiance. Pas de taxe, que de la gentillesse. Tant pis pour Rome, on passera la nuit à Terni.

4H22 au chrono dont 15 minutes d’attente au point d’attente. Mais j’avais encore 1h20 dans un réservoir presque non touché. J’ai remis 106 litres pour un total de 155l dont 5l inutilisables. Bien géré !

Au fait, le tout en anglais bien sur…. Mais j’ai remarqué que la tension m’améliore l’anglais.

La dernière branche…. J’avais décidé de suivre la côte. Arrivé sur Nice, j’avais l’impression d’être à Visan.

Et voila !!!!

Posé, heureux.

22H27 de vol au total. A 140€/H  mais divisé par trois personnes en incluant les taxes on est a peu prés à 1200€ / personne. On avait prévu de voyager à 4 ma plus grande s’est désistée. Sans doute plus cher que la ligne… mais…… plus mieux bien !

Avec un DR300 on en fait des trucs !!!!!!

ADIEU OUI-OUI

Vous le savez surement déjà, notre ami Rémi DANGLADE s’est crashé dimanche soir 19 juillet 2020 en rentrant de Bretagne avec son RANS-COYOTE, après 4 heures de nav et à 30 secondes de notre terrain. Tout d’abord, rassurons-nous, aucun dégât corporel, ne serait-ce qu’une simple égratignure. Le reste ….

Panne moteur juste en fin de vent-arrière de la 20 en avant-dernier virage ; le temps de comprendre, d’essayer de redémarrer, sa décision est prise en étape de base : droit devant, je maintiens ma vitesse de plané, je cherche un terrain adéquat ; à l’Ouest de Richerenches, droit devant, un beau terrain de chaume, parfait ! Malheureusement, il manque 50m de plané pour l’atteindre et notre ami Rémi, concentré comme pas deux, se vache dans une vigne, plein travers des rangs. L’amortisseur joue son rôle, il s’arrête en 20m sur 6 rangées. Pas de bobo, oufffff !

Après avoir prévenu les autorités et l’assurance, ce jeudi, avec l’aide extrêmement bienveillante et généreuse des viticulteurs propriétaires M. Mure père & fils (on ne les remerciera jamais assez de leur aide et de leur compréhension) et avec l’expertise et le savoir-faire d’Eric Kielpikowski, le Oui-Oui est sorti de sa situation quelque peu inconfortable et a rejoint son abri définitif. Il semble peu probable qu’il puisse être réparé ; sniffff !!!! On l’aimait bien ce bel engin volant jaune dans notre hangar 2.

Jean-Luc

JAMBON AU FOIN ??!

Non non, l’accompagnement n’est pas du foin !!! C’est juste que Richard nous a proposé, et nous a convaincus, de faire mijoter 4 heures un jambon entier avec du bon foin d’Auvergne bien pimenté comme il se doit par les vaches d’Aubrac. Après ça, 2 heures supplémentaires avec de vrais légumes du coin et ……………. On s’est régalé. Bravo et Merci Véro et Richard.

IRISH MEAL du 27 JUIN 2020

1er repas du post-confinement proposé par Laurence Netter et James Byrne : une belle réussite qui maintient la qualité à un haut niveau. Merci à eux.

Le nombre de convives devait malheureusement être limité avec plus de 10 personnes qui ont dû être refusées. Nous nous sommes retrouvés 25 à table, avec les distanciations qui vont bien.

Après un superbe Irish coffee dont James tait la recette, John-Brian un autre membre et ami anglais nous a fait la surprise d’entonner des chansons de leurs crus.

Très belle reprise qui sera bientôt suivi d’une prochaine le 18 juillet.

L’ACHC passe à l’international

Jacques, un ami de longue date, est venu nous rendre visite en Floride.
Quelques jours avant son arrivée, la météo était simplement exécrable.Un temps à ne même pas mettre une grenouille dehors.Afin de préparer sa visite dans les meilleures conditions possibles, nous avons prévu un tour de Shopping dans les nouvelles boutiques à la mode.
Ils y proposent des produits miracles à base de CBD et THC.Manquant d’enthousiasme pour les produits dérivés du Cannabis, Jacques et son épouse sont venus s’informer sur les beautés de la Libre Entreprise.Tous deux se sont laissés séduire et ont pris une participation active dans son développement.Tout séduits qu’ils étaient, il leur restait à prendre la route pour prêcher la Bonne Parole.C’est déterminés qu’il ont pris la route, prêts à convaincre les infidèles que nous, les pilotes certifiés train rentrant, hélice à pas variable et plus de 250CV, nous savons, et pas seulement de Marseille, tenir la tenir, la route.

1790(1)

TARTIFLETTE DU JOUR

Divine journée que ce dimanche 23 février. Julie et Florent nous ont préparé une tartiflette (savoyarde ??) digne des meilleures stations de ski du moment.

Merci à eux et aux 30 convives qui ont semble-t-il très apprécié et le repas et les personnes présentes et le superbe temps printanier.

Un Morane-Saulnier 733 de la Patrouille Morane Marine nous a accompagnés tout au long du WE avant de rejoindre sa base en fin d’après -midi.

   

Bonjour 2020 !

ça y es ! c’est parti pour la nouvelle année …

et c’est parti fort !!! le petit mistral du matin y est certainement pour quelque chose et je pense que notre YZ aura battu son record de vitesse sol.

Le soleil se lève

le vent lui ne s’est pas couché

il est temps de filer… à 270km/H!

conformément à la webcam, pas un souffle de vent à Carpentras à 15mn de vol…

En attendant mon passager, je peux profiter de la galette des rois organisée par le club ulm de carpentras

et direction Barcelonette

un petit tour dans les oeufs surplombants l’aérodrome et direction le resto d’altitude à Pra Lou (10km de Barcelo)

retour toujours avec le beau temps à Valréas

et surtout un peu moins de vent que le matin… ouf ils ne se sont pas gourré à la météo !

Sur ce, meilleurs voeux pour cette nouvelle année 2020 et plein de beaux vols !

Patrice

811(0)

OFFSHORE au MYANMAR

C’est à bord de sa belle Italienne, un hélicoptère AGUSTA A139, que Dan, Daniel MARTIN, transporte tous les jours des techniciens et VIP entre Rangoun en Birmanie (aujourd’hui Yangon en Myanmar) et les plateformes offshore au large.
Quelques belles photos qu’il nous a fait parvenir :

Nous lui souhaitons de bons séjours sur place et de bientôt remettre son WACO en vol.

Jean-Luc

 

PARCOURS D’UN FUTUR PRO : Louis FELIX

Louis FELIX, jeune Belge membre de l’ACHC depuis seulement mars 2019, a obtenu son théorique en avril et son PPL en Août de la même année avec Patrice LAPIERRE. Il a débuté sa formation ATPL en Belgique en octobre. Il nous raconte son histoire qui peut être utile pour tous nos jeunes qui rêvent de devenir professionnels :

Je suis arrivé dans le milieu aéronautique dès mon plus jeune âge. Effectivement c’est grâce à mon père que le virus de l’aviation m’est parvenu car celui-ci est également pilote privé avion, pilote ULM et pilote planeur. Tout petit, il m’emmenait déjà très régulièrement sur divers aérodromes partout en Belgique et également sur l’aérodrome de Carpentras, à 5 min de notre maison familiale de vacances !

Très vite mon père m’emmenât en vol et me fit découvrir le bonheur de voler ! D’ailleurs au début j’étais trop petit pour atteindre les palonniers, je pouvais uniquement tenir le manche… Petit à petit les années passèrent et je fus enfin assez grand pour contrôler les palonniers. Mon père m’apprit donc les bases du pilotage pour mon plus grand plaisir.

C’est en 2016 lorsque j’ai eu 15 ans que j’ai pu enfin apprendre à piloter « officiellement ». Effectivement, la loi française permet aux jeunes d’apprendre à piloter des ULM dès l’âge de 15 ans. Je me suis donc inscrit au club ULM de Carpentras, où à l’époque les heures de Nynja étaient à 50 euros pour les jeunes de moins de 25 ans avec des instructeurs bénévoles !

Étant Belge et vivant en Belgique, je pratiquais cette activité uniquement durant mes vacances. J’ai donc commencé mon brevet ULM durant les vacances de Carnaval 2016 où je fis une semaine intensive de formation avec mon instructeur pour ensuite enchaîner une deuxième semaine de formation pendant les vacances de printemps. Au bout de 4 semaines intensives fin juillet et fin août 2016, je terminais enfin ma formation de pilote ULM 3 axes en 21 heures et 6 minutes de formation étalées sur 6 semaines. Je ne remercierai jamais assez feu mon instructeur, Jacques Blondeau. Grâce aux tarifs très attractifs pratiqués à l’époque pour les jeunes du club ULM de Carpentras et aux primes offertes par la FFPLUM aux jeunes, j’ai obtenu un brevet ULM 3 axes avec emport passagers et radiotéléphonie en Français pour moins de 1000 euros !

Au niveau scolaire, je suis rentré à l’école maternelle un an en avance car étant de janvier 2001, mes parents ont estimé que j’étais assez mature pour rentrer à l’école avec les autres élèves nés en 2000. J’ai conservé cette année d’avance durant toute ma scolarité. J’ai obtenu mon CESS en option mathématique 8 heures et sciences 7 heures (équivalent d’un BAC S en France) en 2018 à l’âge de 17 ans. Les mentions n’existent pas en Belgique, mais je n’ai jamais été premier de classe, j’ai toujours été un élève avec une moyenne correcte.

A la fin de ces études secondaires, le choix des études supérieures était évident… Je voulais devenir pilote… Malheureusement, bien que cela pouvait paraitre très facile pour un jeune comme moi de choisir son école et ses études, cela ne fut pas si simple…

Effectivement bien que mon objectif était clair, en Belgique, il n’y a pas d’Ecole Nationale d’Aviation Civile et le milieu aéronautique est beaucoup plus fermé qu’en France. On est donc contraint d’entrer dans une école privée, où les formations de pilote de ligne sont très coûteuses et où les places à la sortie ne sont pas assurées…

Au bout de pas mal de semaines de réflexion et de recherches durant l’été 2018, j’ai donc choisi de jouer la sécurité et d’obtenir un deuxième diplôme en parallèle de mes études de pilote. Je suis donc tombé sur une toute nouvelle formation qui commençait en septembre 2018 en Belgique : un partenariat entre une école supérieure publique belge et une école privée de pilote de ligne. Cette formation consiste en un bachelier aérotechnique étalé sur 3 ans. Le cursus permet d’obtenir un diplôme avec la licence PART 66 pour effectuer des travaux d’entretiens sur avions ainsi que l’ATPL théorique (théorie pilote de ligne).

J’ai en parallèle de ma première année d’étude, passé le PPL au sein de l’aéroclub du Haut Comtat de Visan-Valréas car celui-ci est requis pour entamer une formation de pilote de ligne modulaire. En effet, j’ai décidé d’entamer la formation modulaire de pilote de ligne plutôt que la formation intégrée car celle-ci est un peu moins couteuse et permet d’étaler les frais de la formation et de travailler en parallèle de ses études afin d’éviter de se mettre des prêts bancaires élevés sur le dos.

Je me suis donc inscrit à l’ACHC le 4 mars 2019 pour entamer ma formation avec Patrice Lapierre. J’ai donc effectué comme pour mon brevet ULM, une semaine intensive de formation en mars, une deuxième en avril durant laquelle j’ai été lâché solo au bout de 5 heures et 57 minutes de vol. J’ai également profité de cette semaine pour passer le théorique le 10 avril à Aix en Provence. Et c’est avec un peu de travail et un peu chance (oui, il en faut surtout avec les séries de questions parfois un peu tordues…) que j’ai réussi mon théorique ! Je suis ensuite revenu dans le sud durant 5 semaines, entre juillet et août afin d’obtenir mon PPL complet. J’ai d’abord obtenu mon brevet de base le 22 juillet 2019 avant de continuer vers mon objectif final : le PPL !

C’est donc le 9 août 2019 au bout de 8 semaines et avec 45 heures et 7 minutes de formation que Patrice m’a présenté à l’examen pratique en vol en vue de l’obtention du PPL. Au bout de 2 heures et 54 minutes de vol test PPL, la bonne nouvelle est tombée : j’avais réussi mon PPL !

Au niveau scolaire j’ai donc actuellement terminé et réussi ma première année d’études supérieures et continue la poursuite de mon rêve : devenir pilote de ligne.

J’ai donc passé et réussi les tests de sélection pour la formation ATPL (les tests Compass ainsi que des tests de personnalité et d’Anglais) le mercredi 2 octobre 2019.

J’ai commencé ma deuxième année d’études supérieures ce 14 octobre 2019 en entamant les cours « ATPL théorique » au sein de la Belgian Flight School à l’aéroport de Charleroi en Belgique.

Pour la suite, j’envisage de terminer ma troisième année d’étude afin d’obtenir mon bachelier en aérotechnique pour ensuite trouver un job et entamer les qualifications CPL, IR, ME, et MCC dans le but de poser enfin mon céans en place avant droite d’un liner…

      

POT DE DÉPART de RUDY & MARLÈNE

Ce samedi 16 novembre, près de 40 amis de Marlène et Rudy FRAHM se sont retrouvés pour le pot  de départ de ce couple aussi sympathique qu’actif au sein de notre aéroclub. Rudy au sein du Conseil d’Administration et Marlène en tant que bénévole toujours prête à aider vont nous manquer. Mais il semble que l’appel de la famille et du beau temps d’Anvers ait été plus fort que l’envie de rester en Provence encore quelques années.

Nous leur souhaitons tout le bonheur du monde dans leur Belgique natale et leur renouvelons notre invitation quand ils le souhaitent.

Médaille de la Ville de Vaison-la-Romaine à Florent Oddon le 22/10/2019

Voici quelques  photos illustrant la cérémonie très émouvante eu égard aux propos élogieux de Mr le Maire de Vaison-la-Romaine.

Dans l’assistance on a distingué des généraux, entre autres le Gal Jean-Pierre Martin 5 * et le Gal Da Silva 2 * , l’ex-président de L’ACHC qui a encouragé les premiers pas de Florent et bien-sûr Jean Andrieu son mentor qui l’a initié au vol et à la voltige !

On pourra lire certainement un reportage dans les gazettes régionales La Tribune et le Provençal dès demain.

Amitiés.  Jac

REPAS VOLTIGE

Ce samedi 5 Octobre, la météo nous a magnifiquement accompagnés lors de notre repas pour fêter les superbes prestations de Mélanie ASTLES et Florent ODDON lors des derniers championnats du monde de voltige où Flo a terminé 4ème au général, excusez du peu !!

65 convives ont répondu présent pour les féliciter et partager l’excellent saucisson Lyonnais que nous avaient préparé Richard, Monique, Marlène, et tant d’autres qui ont participé avec beaucoup d’enthousiasme aux préparations et aux rangements. Merci à tous et en particulier à Jacques COPIN pour avoir en plus offert le champagne à l’apéro.

De belles personnalités étaient présentes comme Aline MOURIER, Jean ANDRIEU, Denise MONIER, Viviane MOREAUX, etc. qui ont toutes et tous tant œuvré pour le développement de notre aéroclub.

Et pour couronner le tout, Mélanie, Pierre et Florent ont organisé des vols de découverte voltige à tous les volontaires. Ils remercient vivement les 12 nouveaux baptisés qui ont osé tenter l’expérience d’un vol la tête à l’envers.

La voltige est un sport difficile et exigeant où il y a peu à gagner si ce n’est de très bons moments d’amitié et de convivialité comme celui que nous venons de vivre ce WE.

A refaire vite !

Jean-Luc

 

Chamois

Il a peur de rien notre Yankee Zoulou ! Voici son premier vol international par au dessus des cols alpins !

(Sinon, je n’arrive toujours pas à mettre les photos dans un format plus grand, mais il est possible de cliquer dessus pour les voir en grand…)

Après un petit pique nique à Super Dévoluy… étape culte maintenant ! notre YZ rencontre un copain et décision est prise d’aller à Chamois chez les Italiens…
Mon image

allez c’est parti, un plan de vol sur le téléphone, un refueling à Albertville et hop on saute la montagne avec la cagette !
Mon image

Beau temps sur le Mont Blanc
Mon image

le Cormet de Roseland
Mon image

Face sud des grandes jorasses (côté italien)
Mon image

on longe la vallée pour faire une verticale Aoste et dire bonjour aux Italiens… pfff ! 30kts en rafale 7500ft plus bas et sens opposé… j’espère qu’on pourra poser à Chamois !!!
Mon image

ce sera la deuxième à gauche, direct le Cervin
Mon image

et nous voici posés à sur cette superbe altisurface Italienne avec notre brave jodel 100cv…
Mon image

Mon image

300m de gazon
Mon image

quelques minutes de marche pour aller dans ce magnifique village…
Mon image

Mon image

le spectacle est tout simplement sublime !!!
Mon image

env. 60 habitants à l’année, aucune route pour y accéder (uniquement le téléphérique et un sentier…)
Mon image

Mon image

Pour aller manger il faudra prendre le téléphérique tout est fermé un dimanche soir en cette saison… Wahooo ! attention les oreilles, ça descend à 1500ft/mn !
Mon image

nous voici en bas… dernier téléphérique à 22h25 pour le retour… pas intérêt de le rater si on veut remonter dormir !
Mon image

Après une bonne nuit et un bon petit dej
Mon image

va falloir quitter ce lieu enchanteur
Mon image

l’avion semble avoir bien dormi également
Mon image

la météo est au top
Mon image

et après 2 petits tours de piste pour le plaisir, avec une vue somptueuse sur le Cervin qui n’a pas bougé
Mon image

Mon image

ça sera direction Albertville par le Petit St Bernard, sans oublier de saluer nos amis Italiens d’Aoste comme la veille…

Quelques nuages… mais ça passe ! Passage col qui rappellera des souvenirs à Ago… 🙂
Mon image

Mon image

un peu trop de nuages pour passer par le cormet de Roseland… ça sera par Moutiers et la Tarentaise…
Mon image

après refueling à Albertville, trop de vent en montagne… ça sera un petit pique nique dans l’herbe à Mens…
Mon image

Encore une dure journée !

1628(0)

Bientôt l’automne !

Dernier vol de l’été ce vendredi 20/09/2019… les couleurs de l’automne commencent à arriver !
et je suis rassuré… je sais encore piloter de la place gauche ! 🙂

Etape 1 : Super Dévoluy

Etape 2 : Notre Dame de la Salette

En route pour Valloire, l’Alpe d’Huez

Etape 3 : Valloire, on sera très bien pour le pique nique !

Le Mont Blanc :

Glacier du Tour :

Glacier d’Argentière :

Massif du Mont Balnc :

Bon, étape… j’ai plus compté : Megève 🙂

Il est vraiment bien notre YZ !!!!!!!!!!

643(0)

Drôle de rencontre au CVVFR

Vendredi 6 septembre 2019

Avec Jacques, nous avons fait un tour par aéro-club de la vallée du Loing.
Après avoir croisé les fantômes de certains membres de l’ACHC, nous avons découvert un avion qui a participé à la naissance de notre club.Vous, les anciens du club, sauriez-vous l’identifier ?
Dans tous les cas, le propriétaire nous a promis de nous rendre visite en 2020.

1503(0)

Le long du Drac…

Un petit tour chez Gérard et son magnifique terrain privé à Monestier de Clermont.
En cas de panne moteur au décollage, obliquer à gauche et prendre un remontant chez l’habitant !!!!

931(0)

Châteauroux 2019

Bonsoir Tous,

Week-End de pur bonheur, et de grande fierté. En effet, notre aéroclub a la chance d’avoir 2 voltigeurs parmi ses membres, qui plus est, 2 champions d’exception sélectionnés pour les championnats du monde de voltige qui viennent de se dérouler à Châteauroux ces 10 derniers jours.

Pour sa 1ère participation en équipe de France et à des championnats internationaux, Florent ODDON s’est comporté en véritable champion :
– 4ème en Unlimited, à seulement quelques points de véritables cadors (voir résultats joints)
– Médaille d’or en FreeStyle
– Plus grand score à une épreuve (4137 points à la 4ème manche)
Coup de maître !

Quant à Mélanie ASTLES, une erreur de manipulation de sa radio l’a éliminé de la 3ème manche, ce qui la relègue à la 56ème place. Mais sans cette petite erreur, on peut voir sur les résultats joints qu’elle était dans les scores de Aude LEMORDANT qui a été sacrée championne du monde féminine. Quelle tristesse, quelle déception. Si près … !!!

En plaçant 8 pilotes parmi les 11 premiers, la France est largement sacrée championne du monde par équipe.

Et comme cerise sur le gâteau, cet après-midi vers 16h30, notre aérodrome a été salué par un passage à basse altitude avec fumigènes par 2 avions de l’équipe de France qui rentraient de Châteauroux sur Salon.

En tous cas, chapeau bas.
Jean-Luc

604(0)

Une belle après midi de nav… pas à la fraîche….

Bon, Louis, notre Belge préféré doit passer son PPL avant le 15 août… donc pas question de se laisser impressionner par quelques degrés, il faut voler !
D’ailleurs, c’est l’occasion de bien reparler de l’altitude densité et des perfos décollage avec la chaleur… 🙂
Pour se mercredi 17 juillet 19 ça sera Mende via, Valence, le Puy et Langogne.

La flemme d’aller à Valréas en voiture, nous prendrons le Zenith de Dominique pour y aller… Le grand luxe, volets électriques, horizon, conservateur de cap… ça sera l’occasion pour Louis de faire un peu de radio avec Orange !

Etant déjà allé à Valence quelques jours auparavant on ne fera que transiter le long du Rhone par les points, S, SA et NW histoire de revoir le château de Crussol…

Un bon repère VFR, le lac de Devesset, frontière entre l’Ardèche et la haute Loire, histoire de constater que la montre et le cap, ça marche bien… même sans conservateur !!

Les paysages changent radicalement de ceux de chez nous…

et nous voici au Puy… marche vraiment bien ce cap et la montre…

et nous voici partis pour Mende

Le lac du Bouchet, toujours aussi rond…

Les gorges de l’Allier, histoire de tester l’erreur systématique et dérouter sur Langogne…

Ah ben ça marche aussi ! 🙂
nous voici au lac de Naussac

et finalement il n’y a pas que Valréas qui soit difficile à trouver 🙂

mais un jodel, ça trouve tout !

surtout de beaux terrains comme Langogne…

et nous voici donc repartis pour Mende cette fois ci !

et quand il n’y a pas d’hélice hélas… c’est là qu’est l’os !

Yankee Zoulou c’est fait un copain…

et s’abreuve un peu, aux pieds du petit resto cher à Jean Louis.

Bon, il n’y a pas de VOR dans le YZ bien sûr… mais qu’à cela ne tienne… nous avons l’arme fatale !!!

le glass cockpit des jodels…

Encore quelques bon repères VFR…

et des couleurs somptueuses pour cette fin de nav et de journée…

et voilà, that’s all folks !
Il a bien volé notre YZ… Louis est bien fatigué également !! 🙂

Aller, faut ramener le Zenith à Carpentras… il est 21h20 et c’est moi qui m’y colle… il a bien bossé le petit !

on allait tout de même pas rentrer comme ça… profitons des derniers rayons de soleil…

la trace du retour… pas franchement directe ! 🙂

1714(0)