Archives mensuelles : juillet 2020

ADIEU OUI-OUI

Vous le savez surement déjà, notre ami Rémi DANGLADE s’est crashé dimanche soir 19 juillet 2020 en rentrant de Bretagne avec son RANS-COYOTE, après 4 heures de nav et à 30 secondes de notre terrain. Tout d’abord, rassurons-nous, aucun dégât corporel, ne serait-ce qu’une simple égratignure. Le reste ….

Panne moteur juste en fin de vent-arrière de la 20 en avant-dernier virage ; le temps de comprendre, d’essayer de redémarrer, sa décision est prise en étape de base : droit devant, je maintiens ma vitesse de plané, je cherche un terrain adéquat ; à l’Ouest de Richerenches, droit devant, un beau terrain de chaume, parfait ! Malheureusement, il manque 50m de plané pour l’atteindre et notre ami Rémi, concentré comme pas deux, se vache dans une vigne, plein travers des rangs. L’amortisseur joue son rôle, il s’arrête en 20m sur 6 rangées. Pas de bobo, oufffff !

Après avoir prévenu les autorités et l’assurance, ce jeudi, avec l’aide extrêmement bienveillante et généreuse des viticulteurs propriétaires M. Mure père & fils (on ne les remerciera jamais assez de leur aide et de leur compréhension) et avec l’expertise et le savoir-faire d’Eric Kielpikowski, le Oui-Oui est sorti de sa situation quelque peu inconfortable et a rejoint son abri définitif. Il semble peu probable qu’il puisse être réparé ; sniffff !!!! On l’aimait bien ce bel engin volant jaune dans notre hangar 2.

Jean-Luc

JAMBON AU FOIN ??!

Non non, l’accompagnement n’est pas du foin !!! C’est juste que Richard nous a proposé, et nous a convaincus, de faire mijoter 4 heures un jambon entier avec du bon foin d’Auvergne bien pimenté comme il se doit par les vaches d’Aubrac. Après ça, 2 heures supplémentaires avec de vrais légumes du coin et ……………. On s’est régalé. Bravo et Merci Véro et Richard.

MANŒUVRES POMPIERS À LFNV

Ce vendredi 3 juillet 2020, la caserne des Sapeurs-Pompiers de Visan, emmené par son commandant Éric Phétisson, a organisé un entraînement sur notre plateforme de Valréas-Visan. Celui-ci a consisté, avec la présence de 4 véhicules et d’une douzaine de femmes et d’hommes,  en un exercice de feu d’un avion dans un hangar, de prise en charge d’une victime intoxiquée par la fumée et de propagation du feu à la ramière. Richard a été un « intoxiqué » très convaincant.

Ces manœuvres doivent aboutir à une meilleure coopération entre l’ACHC et les pompiers afin d’optimiser la lutte anti-incendie et leurs éventuelles interventions sur l’aéroclub ou lors d’un poser d’hélicoptère du SAMU.

            

Jean-Luc