Vol Auvergnat

A moins de 90 minutes de notre club, après un vol par Aubenas, Mende on arrive à Aurillac. Il y a deux ans, en route pour Quiberon nous avons été bloqués par un front humide et noir. La solution, un poser à Aurillac. A onze heure du mat, coincé dans l’attente d’une amélioration de la météo, on recherche un bar. Cette recherche débouche sur une première visite impromptue au restaurant de la plateforme : la BAC. Un heureuse découverte, nul n’est à l’abri d’un coup de chance.

Une carte simple, des prix raisonnables, des produits aussi locaux que possible, correctement préparés, servis avec goût, le tout assaisonné par le bagout du patron, pas forcément politiquement correct, mais la livraison des victuailles efface ce qui aurait pu être perçu comme un débordement provocateur.

Une salle conviviale, comme la carte qui est à l’image du patron : cash. Preuve que l’estancot n’est pas un tire-gousset, le président du club local, à droite de la photo, en fait sa cantine de référence. En ce qui me concerne, j’y retourne sans hésitation.Si au départ de Mende j’aime survoler le viaduc de Millau, cette fois sur le chemin de retour je décide de passer par la viaduc de Garabit. J’en conviens, photographié depuis nos 3000 mètres, le viaduc semble petit. La prochaine fois, si je peux, je volerais plus bas.Dans 5 minutes ce sera la finale. Pressé de rentrer car une visite nous attend.L’armée de l’air et une de ses équipes de protection des installations sensibles nous rend une visite de courtoisie. Prévenus, même au dernier moment, le club a répondu présent. Et pendant que l’équipe des Gonfleurs d’Hélices présentait sa mission, un autre hélico est venu se joindre à nous. Quand nous affirmons que le club attire la nouveauté, c’est en dessous de la vérité.  Il n’est de bonne compagnie que ne se quitte. Le Fenec retourne à sa base, mais nous savons qu’il reviendra.

1487(1)

1 réflexion sur « Vol Auvergnat »

Laisser un commentaire