Archives quotidiennes :

Suite et Fin ou Suite et Suite

« Ce qui ce conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » écrivait Boileau. Dans mon cas c’est significativement plus confus. Une chose reste toutefois claire, comme Pierre-Philippe, je ne suis pas candidat à ma succession.

Il y a deux ans j’avais souhaité aider le club à renouveler son mode de fonctionnement et, à ce titre, je postulais à une fonction de balayeur au conseil d’administration. Ne possédant aucune expérience d’encadrement et à plus forte raison de présidence d’une association, je me serais contenté d’un rôle d’accompagnement. A mon corps défendant et par défaut de candidature, j’ai accepté cette Mission Impossible : assurer la présidence. Bon gré, mal gré, durant deux mandatures, sans soutien réel de notre fédération, j’ai assuré cette mission. Aujourd’hui, au bout du rouleau, épuisé, incapable d’assurer, de façon efficace, la conduite de cette belle association, je me dois de passer la main.

En formant une équipe solidaire, avec l’aide de chacun, j’ai pu participer à la mise en place d’outils de gestion et de communication. Ces outils fonctionnent, la dématérialisation aura fait entrer le club dans une nécessaire modernité. Certes ces outils sont nécessaires, toutefois ils ne sont pas suffisants pour donner au club l’essor qu’il mérite, pour transformer son potentiel en succès avéré. Une nouvelle direction que je souhaite pilotée par des utilisateurs des avions du club, saura trouver les moyens de ce succès.

S’il est temps pour moi de passer la main, je reste disponible pour faire vivre les outils qui relèvent de ma compétence, outils que j’ai eu le plaisir de mettre en place. Comme Pierre-Philippe, je m’engage à passer le témoin aux nouveaux responsables du club pour que la reprise soit la plus « seamless » possible.

Jean-Louis Cech

73(2)

De la verticalité des sommets à l’infini des horizons marins

De la verticalité des sommets à l’infini des horizons marins

C’est fort de nos récentes et heureuses expériences de « nav » partagées (Vinon-Ventoux, Millau) que nous décollâmes ce vendredi de notre sympathique plateforme à bord de notre « Petit Prince ». Le temps est idéal, légèrement brumeux sur les sommets, la biroute fait profil bas.

Bernard et moi, Frédéric, n’avons qu’un but : revoir la mer, passer de la verticalité des sommets à l’infini des horizons marins.

Notre trajet : Vinon, La Ciotat, cheminement au-dessus de la mer vers l‘Ouest jusqu’aux Saintes-Marie-de-la-Mer puis Montpellier-Candillargues et retour via Alès.

Au décollage, Bernard est aux commandes – prudence, car un parapente propulsé par un ventilateur squatte notre espace et évolue parallèlement à notre axe de montée…(une activité sauvage et donc un nouveau risque sur notre plateforme… ?)

Après avoir brièvement salué Orange Approche, nous passons sur Marseille Info et survolons à 4000 ft les magnifiques gorges de la Nesque  puis les ocres du Colorado Provençal, les sommets du  Lubéron et nous nous posons à Vinon LFNF (attention, la 28 revêtue est courte : 550m !).

   

Redécollage avec Frédéric aux commandes, direction le Sud, à 3000 ft, en contact avec Provence Info. Nous rendons hommage à Cézanne au-dessus de la Montagne Saint Victoire puis franchissons les dernières barres montagneuses avant de plonger sur la Ciotat pour nous reporter au-dessus de la mer au point WT à 1650 ft.

La mer est belle, l’horizon et le ciel se confondent au large, nous sommes éblouis par la magnificence des paysages côtiers.

Suit un long cheminement reliant 9 points de reports de WT à AM (Aigues-Mortes), parfois séparés de 3 minutes – Bernard, à la radio, jongle avec les contrôleurs aériens – ils nous font passer d’un organisme à un autre sans que nous en comprenions toujours la logique. Bref, c’est vraiment un cheminement qu’il faut faire à deux pour assurer à la fois la tenue minutieuse des caps, des altitudes et la gestion très prenante de la radio.

Nous volons travers Marseille, les raffineries de l’étang de Berre, les installations pétrochimiques de Port Saint Louis ; nous passons à la verticale d’un énorme pétrolier à 700 ft puis un spectacle magnifique s’offre à nous : l’entrelacement terre-eau de la Camargue, avec ses manades, Sainte Marie de la Mer, puis les rouges vifs et sombres des marais salants.

 

 

Arrivent ensuite   les remparts d’Aigues-Mortes et l’approche de Candillargues.

Nous nous posons et faisons une halte bien méritée pour savourer nos sandwichs, assis à l’ombre, sur le rebord en ciment d’un hangar… oui, nous combinons pilotage et ascétisme !

Nous redécollons de Candillargues avec Bernard de nouveau aux commandes, cap au

Nord, verticale Alès LFMS  puis Bagnols-sur-Cèze avec Provence Info à la radio.

Des Mirage 2000 étant dans la zone, Orange Approche nous fait longuement attendre et nous oblige à contourner la CTR par l’Est , nous libérant à Pierrelatte, puis retour au bercail après 3 heures 30 de vol au total.

Voilà une expérience formidable de pilotage et de navigation, un régal pour les yeux à partager sans modération à deux aux commandes !

Nous recommencerons au mois d’Octobre, certainement le même trajet, en invertissant les rôles pilote/ radio-navigateur pour en profiter au maximum et prendre de nouvelles photos.

N’hésitez pas à en faire autant, il y a tant de fantastiques voyages à faire dans cette merveilleuse région,

Frédéric et Bernard

L’important c’est de partir pisser

Bonjour,

Je souhaite vous informer que je ne me représenterai pas lors de la prochaine mandature. J’ai été content de mettre en place de nombreux outils de gestion et d’apporter au club une certaine rigueur de gestion qui me tient à cœur.

J’ai fait partie de l’équipe motivée pour redynamiser le club. Pour mettre mes actes en cohérence avec mes paroles, j’ai accepté la fonction de trésorier (c’est souvent le truc que personne ne veut… vous avez déjà vu a l’élection d’un bureau un mec qui dit : « moi, moi, je veux être trésorier » ?).  Au vu de ma vie professionnelle, familiale, aéronautique (et même sportive, si, si), je suis obligé de constater que j’ai sans doute eu les yeux plus gros que le ventre, même si j’ai essayé d’être à la hauteur… (Assiette, Puissance)

En 2016 le changement d’outil informatique avec le passage sur openflyers pour l’ensemble de la gestion, le nettoyage des vieux comptes pilotes (et non pas des vieux con de pilotes), la participation à la rédaction des nouveaux statuts et RI et la rénovation du KE en plus de la gestion courante m’ont pris beaucoup plus de temps qu’imaginé au départ (200H tout bout à bout). Mais je m’étais engagé non pas sur un temps de travail mais sur une mission à aboutir. Corneille n’a jamais été dans l’associatif « Nous partîmes 500 et par un prompt renfort nous fûmes 5 arrivés au fort… » et là Le Cid et ses potes aussi  auraient eu l’air un peu bêtes.

En 2017, j’ai accepté de poursuivre pour stabiliser les outils de gestion mis en place et finir certaines choses qui me tenaient à cœur (paiement par carte bleue, travail sur le dossier carburant…etc.) C’est fait. La gestion en est d’ailleurs amplement facilitée… pour le trésorier.

Les outils de gestion sont maintenant modernes et efficaces sans parler de la qualité des outils de communication que Jean louis a mis en place. Le fonctionnement est devenu mature.

Par ailleurs, les décisions du club concernent majoritairement et souvent les machines du club. La fédération n’a pas manquée tout au long de notre mandature, comme certains pilotes d’ailleurs de reprocher que la destinée du club était conduite par des pilotes propriétaires. Si au vu de l’engagement et de l’abnégation, c’est parfois, je dois l’avouer, assez agaçant de s’entendre reprocher d’être propriétaire alors qu’on œuvre dans l’intérêt collectif, gérant des ressources engagés quasi exclusivement sur les avions club. Mais passant outre ces positions qui n’ont souvent pour seul but la zizanie sclérosante, il faut reconnaitre que la gestion serait plus cohérente si les pilotes volants sur les machines prenaient les décisions et occupaient les fonctions inhérentes le tout bien sur avec l’engagement correspondant nécessaire.

A l’horizon de l’élection de la prochaine équipe, je me fixe comme objectifs personnels les suivants :

– Vendre le matériel avionique dont le club est doté et qui serait mieux sur les comptes, on peut récupérer quelques milliers d’euros.

– Mettre propre le plan de compte avec le cabinet comptable (c’est actuellement un peu le bazar on côtoie des lignes redondantes)

– Rédiger un manuel complet de gestion pour que le passage de témoin se fasse sans dégradation de qualité (même si une transmission dans la communication sera la clef). J’essaierai qu’il soit clair.

Je suis confiant, outre la gestion sur laquelle j’ai plus particulièrement été acteur et parfois un peu en jouant les pères fouettards (et non on ne peut pas ouvrir un supermarché sur la plateforme pour vendre de l’alcool, de l’essence et des cigarettes, désolé les gars même si cela serait fun), la communication au travers des comptes rendus d’activité et du site internet a été un succès. Le site internet est en train de devenir un outil majeur sur lesquels on peut demander un baptême en ligne ou même s’inscrire (bravo Jean Louis, proche du domaine, je vois bien les heures de boulot derrière).

Par ailleurs plutôt que de péter les avions du club avec le blouson topgun plein d’écussons que votre femme vous a offert, vous pouvez utiliser le simulateur, Amédée, Ago et le trésorier vous en remercieront.

Les repas et les différentes journées où la convivialité a été au cœur montrent que l’animation a porté ses fruits. Merci Françoise pour la dynamique de nettoyage du club house avec le sourire. Merci aussi Julie, que mon emploi du temps ne m’a pas encore donné l’occasion de croiser, c’est dire.

Enfin l’organisation de permanence a permis un accueil systématique des curieux et des passionnés (plus rarement des emmerdeurs qui préfèrent le téléphone), pas facile à mettre en place ces permanences il aura fallu la forte implication de Jacques pour amener les membres à donner un peu de leur temps pour souvent en revenir ravis. Les spectacles privés gratuits sponsorisés par la charmante Mélanie nous ont aussi aidés et le téléphone des grincheux s’est heurté à la violente gentillesse de Jean-Luc…. Pas de bol. Alors d’abord c’est pas tout le weekend, Monsieur, c’est 2 fois 10 min, c’est-à-dire presque la durée de cette intéressante conversation, … , Au plaisir Monsieur. Le talent quoi.

Il bien évident que je continuerai à participer à l’ensemble de ses activités et que mes compétences openflyers seront toujours à la disposition du club, certains d’entre vous auront toujours la possibilité de faire des bourdes dessus. Alors j’ai oublié mon USER et mon mot de passe pourtant je l’avais écrit sur le chien, mais il s’est sauvé du coup je suis bien embêté, tu pourrais m’aider ? Ok comment s’appelle ton chien ? cela te va comme Mot de Passe ?

L’objet de cette annonce sur un ton humoristique est de donner à chacun l’opportunité de réfléchir et de se positionner pour la suite. Pour pouvoir construire, c’est important d’anticiper.

Et souvenez-vous de Pierre de Coubertin : « l’important c’est de partir pisser » où un truc comme ça, enfin chacun trouvera.

En souhaitant à chacun de très beaux vols au départ de LFNV.

Amicalement,

Pierre Philippe GARRY (Trésorier ACHC)

104(0)